GTNO MSSS

Éclosion de coqueluche aux TNO

Yellowknife, le 25 février 2016 – La coqueluche est une infection bactérienne qui se transmet généralement d’une personne à une autre par la toux ou les éternuements. Toutes les tranches d’âge peuvent contracter la maladie, mais son incidence peut être très grave chez les bébés de moins d’un an et les personnes ayant un système immunitaire affaibli. Pour les cas de coqueluche confirmés, les personnes infectées ainsi que les membres de leur foyer ont été traités avec des antibiotiques.

 

Le nombre de cas de coqueluche aux TNO a augmenté en 2015 par rapport aux années précédentes. La majorité de ces personnes avaient voyagé à l’extérieur des TNO. En 2015, 21 cas de coqueluche ont été confirmés aux TNO, répartis dans la région des Tlicho, à Hay River, à Yellowknife et dans la région de Beaufort-Delta. Jusqu’à présent, un cas a été signalé en 2016.

 

Une épidémie de coqueluche a été déclarée dans la région de Yellowknife en novembre 2015 et recommence depuis janvier 2016 dans l’ensemble des Territoires du Nord-Ouest.

 

Le vaccin contre la coqueluche fait partie du calendrier de vaccination systématique des TNO et est donné en plusieurs injections chez les enfants en bas âge, suivi d’une injection de rappel lors de la séance d’examens médicaux préalables à l’entrée en maternelle. Puisque l’immunité conférée par le vaccin contre la coqueluche peut s’estomper au fil du temps, l’injection de rappel à l’adolescence est maintenant offerte deux ans plus tôt qu’auparavant, soit dès la 7e année. Chez les adultes, une injection de rappel est recommandée tous les dix ans. Il est à mentionner que les TNO sont le seul endroit au Canada où l’injection de rappel pour les adultes est toujours financée par l’État.

 

Les symptômes de la coqueluche apparaissent généralement dans les 7 à 10 jours suivant l’exposition à la maladie, mais il est aussi possible qu’ils surviennent jusqu’à 21 jours plus tard. Les symptômes possibles sont les suivants (notez que les premiers symptômes ressemblent à ceux d’un simple rhume) :

 

  1. fièvre;
  2. écoulement nasal;
  3. éternuements;
  4. toux persistante pouvant provoquer un étouffement ou des vomissements et dont le son ressemble au cri d’un phoque.

 

Si elle n’est pas traitée, la coqueluche peut rendre une personne gravement malade et même causer la mort.

 

 

Étant donné la possibilité de complications graves chez les enfants de moins de 12 mois, nous recommandons à toutes les femmes enceintes de 26 semaines ou plus de se faire vacciner contre la coqueluche, quel que soit leur état d’immunisation, et ce, pour la durée de l’éclosion en cours.

 

Si vous n’êtes pas certain de votre état d’immunisation ou de celui de votre enfant, veuillez communiquer avec le centre de santé ou le service de santé publique de votre région. Si vous avez reçu des vaccins à l’extérieur des TNO, veuillez communiquer avec l’établissement où vous avez reçu vos vaccins et demander à ce que votre dossier d’immunisation soit transmis au centre de santé ou au service de santé publique de votre région.

 

Pour en savoir plus sur la coqueluche, consultez le site Web de l’Agence de la santé publique du Canada à l’adresse suivante :

 

 

Si vous avez des questions, n’hésitez pas à communiquer avec le centre de santé ou le service de santé publique de votre région.

 

 

 

Pour de plus amples renseignements sur la présente publication, veuillez

communiquer avec :

 

Damien Healy

Gestionnaire des communications

Ministère de la Santé et des Services sociaux

Tél. : 867-767-9052, poste 49034